Faut-il se sentir coupable de manger de la viande ?

La viande est un sujet au cœur des polémiques actuelles. Depuis que nous partageons notre contenu sur notre page Facebook, nous recevons régulièrement des messages réprobateurs suggérant que nous devrions avoir honte de promouvoir la consommation de viande, car se nourrir d’animaux serait considéré comme inacceptable de nos jours. Loin de vouloir rejeter le débat, nous souhaitions partager notre point de vue à ce propos.

Impact environnemental de la viande

Nous ne pouvions aborder le sujet sans nous pencher sur l’impact environnemental de la consommation de viande. Les scientifiques sont unanimes concernant le fait que la production de viande est l’une des sources principales de gaz à effet de serre. La consommation d’eau en découlant est également très importante et dans certains pays, l’élevage est responsable de déforestation massive.

deforestation
Déforestation dans l'état de Mato Grosso au Brésil

Viande et santé

En plus des questions environnementales, il est légitime de se poser la question de son impact sur la santé. En effet, de nombreuses études démontrent le lien entre la consommation de viande rouge et les maladies cardiovasculaires; il faut savoir qu’en Europe, on estime que ces maladies sont responsables de près de la moitié des décès.

Superproductions et dérives

Finalement, le commerce de viande est un secteur qui, comme tant d’autres, subit les dérives de cette folle course aux profits imposée par notre système économique. C’est dans ce contexte que l’on déplore trop souvent la maltraitance animale (aussi en Suisse) et la vente de produits provenant de l’autre côté du globe et ceci, bien évidemment, au détriment de la qualité.

Séquence du film Samsara (2011) sur l’élevage industriel

Et Meaty, dans tout ça ?

Pour ceux qui se posent encore la question : nous sommes au courant de tout cela. À vrai dire, ces constats amers ont même été une source de motivation en faveur de la création de Meaty.ch. Pour établir un bilan cohérent de notre consommation de viande, nous pensons qu’il est important de mettre en perspective ces informations.

Remise en perspective

Les questions environnementales concernant la viande dépendent beaucoup du contexte de production. Par exemple, la déforestation liée à la production de boeuf au Brésil ou la pollution de l’eau entrainée par l’industrie bovine en Australie sont des problèmes qui ne peuvent pas être transposés en Suisse, pays abondant en pâturages et en eau. En outre, les faits alarmants mentionnés auparavant font état de la production actuelle de viande dans le monde, qui est en grande partie industrielle et globalisée. Il va de soi qu’une production locale et à petite échelle génère un impact moindre.

Fort de ces considérations, il est intéressant d’analyser les principaux arguments relayés en défaveur de la consommation de viande, dans le contexte suisse :

Consommation d'eau
Constat Pour produire 1kg de bœuf, il faut 15’000 litres d’eau.
Explications Il s’agit en grande partie d’eau de pluie.
  • Dans ces calculs, la grande majorité de l’eau (plus de 90%) représente l’eau de pluie servant à la production du fourrage (herbe, céréales, etc.).
  • L’eau utilisée par le bétail est finalement rendue au sol par l'urine.
  • Le problème se situe lorsque l’eau potable est utilisée pour l’irrigation.
En Suisse / Chez Meaty
  • L’agriculture représente 70% de la consommation d’eau douce à l’échelle mondiale, contre 2% en Suisse.
  • La quantité d’eau douce nécessaire à la production d’un kilo de bœuf suisse est similaire à celle d'un kilo de riz, de sucre ou de pâtes.
Consommation de céréales
Constat Pour produire 1kg de bœuf, il faut entre 7 et 15kg de céréales.
Explications Les animaux mangent nos déchets, qui ne sont pas comestibles.
  • 86% de tous les céréales donnés aux animaux ne sont pas comestibles par l’homme (qui est un animal monogastrique).
  • 90% de ce qui est donné aux ruminants n’est pas comestible (eux sont polygastriques).
  • Les animaux font partie d’un cycle permettant de transformer nos déchets en nourriture hautement nutritive.
En Suisse / Chez Meaty
  • Chez Meaty, les animaux ruminants (boœuf, agneau) sont essentiellement nourris à l’herbe.
  • La viande de bœuf Bio Bourgeon provient de fermes entièrement bio dont les animaux reçoivent des céréales produits dans l’exploitation, à hauteur de maximum 10% de leur alimentation.
Gaz à effet de serre
Constat L’agriculture est responsable de 14,5% des émissions de GES dans le monde.
Explications Les chiffres sont très différents d’un pays à l’autre. Les vaches ne créent pas de carbone.
  • 80% de ces émissions proviennent des pays en développement.
  • Le méthane rejeté par les vaches provient du carbone des plantes, qui provient du CO2 de l’air. Il n’ajoute pas de carbone à l’air.
  • La durée de vie du méthane est de ~12 ans, contre ~100 ans pour le CO2.
En Suisse / Chez Meaty
  • La Suisse ne fait pas exception à la règle, avec 14% des émissions liées à l’agriculture.
Utilisation des terres agricoles
Constat 70% des terrains agricoles dans le monde sont dédiés à l’élevage.
Explications Ce chiffre est normal, quand on considère le type de terrain.
  • 2/3 des terrains agricoles dans le monde sont marginaux (inutilisables pour la culture) de par leur topologie, qualité du sol, nutriments, etc.
En Suisse / Chez Meaty
  • Les surfaces agricoles suisses comptent 27,5% de terres arables. Ces dernières sont en diminution, principalement à cause de l’augmentation des surfaces d’habitat.
Déforestation
Constat L’élevage bovin est responsable de 60% de la déforestation mondiale.
Explications Ce chiffre concerne essentiellement l’Amazonie.
  • Les pratiques en Amérique latine (Brésil) ne font pas l’unanimité et sont des réalités très « locales ».
En Suisse / Chez Meaty
  • La déforestation n’est pas un problème en Suisse, puisque les forêts y sont globalement en expansion.

Pour des raisons de simplicité, les sources de ces informations n’ont pas été citées et nous nous en excusons. Elles sont pour la plupart facilement vérifiables, notamment sur le site internet de ViandeSuisse et sur les rapports du GIEC et de la FAO.

Diminuer sa consommation de viande

Par ailleurs, il est intéressant de relever qu’une étude du GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) démontre qu’une limitation de la consommation de viande (flexitarisme) permet de réduire autant les émissions de gaz à effet de serre qu’un régime végétarien (qui risque d’être enrichi en produits laitiers).

potentiel reduction co2
Potentiel de réduction des émission de CO2 en 2050 par régime (Gt / an)

Bien-être et dignité des animaux

Le bon traitement des animaux, de leur naissance à leur abattage, est un sujet qui préoccupe beaucoup de nos clients, et à juste titre. En Suisse aussi, certains élevages et abattoirs focalisés sur le profit font subir des traitements inacceptables aux animaux.

Chez Meaty, le bien-être et la dignité des animaux est une réelle préoccupation et n’est pas un simple argument marketing. Nous connaissons personnellement chacun des éleveurs dont les animaux sont proposés et garantissons ainsi un élevage à petite échelle dans d’excellentes conditions.

vache et lac
Vache et lac dans le canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures

En outre, tous les animaux vendus sur Meaty.ch (à l’exception des volailles et du porc, pour lesquels nous n’avons pas le choix du lieu d’abattage) sont abattus à l’abattoir de Meinier. Là encore, il s’agit d’un travail artisanal. Les animaux sont amenés par leur éleveur les uns après les autres, et ainsi n’assistent pas à la mort de leur congénères. Ils sont ensuite étourdis grâce à un piston qui tape leur cerveau en une fraction de seconde. Le vétérinaire présent (à chaque abattage) s’assure que l’animal est en état de mort cérébrale (et donc qu’il ne ressent aucune douleur) avant de procéder à la saignée.

abattoir meinier
Abattoir de Meinier (GE)

Concernant l’impact sur la santé, nous trouvons que les études sont claires quand elles mentionnent le danger de la surconsommation de viande. Comme toute chose, rien est bon à outrance. La viande est un aliment « chargé » nutritivement dont il ne faut pas abuser. Bien utilisé, il s’agit d’un réel atoût pour l’organisme. De plus, le fait que tout régime végétalien sérieux impose une supplétion en vitamine B12 est selon nous une considération importante lorsqu’on se demande si la viande est nécessaire à l’organisme.

En vue de ces informations, nous essayons de promouvoir une consommation responsable qui respecte les principes du développement durable; l’objectif de Meaty.ch est de garantir une viande 100% locale, produite à petite échelle, dans le respect des animaux, avec un gaspillage minimum.

Dans un monde polarisé où tout est « vrai » ou « faux », « bien » ou « mal », il serait tentant de donner une réponse absolue à la question « Faut-il se sentir coupable de manger de la viande ? ».  Chez Meaty, nous favorisons plutôt la voie du milieu : manger moins mais manger mieux.